Cette semaine de vacances fut riche en trouvailles diverses et variées. Certaines auxquelles je ne m’attendais vraiment pas en plus.

Mardi

Des amis de mes parents m’invitent à aller cueillir quelques fruits sur les arbres de leur jardin. C’est l’occasion de faire un peu de compote, des clafoutis et de manger des fruits frais.
Pour accéder au jardin, il faut traverser la cave et là, je vois le panneau Speciale Das. Je m’en approche pour le regarder de plus près et le propriétaire des lieux me dit de regarder derrière, il y en a un second Stella Artois. Je regarde et je lui dit que je m’intéressee aux objets liés à la bière et que ce sont deux belles pièces qu’il a la, puis je pars cueillir mes fruits. En revenant à ma voiture, les 2 panneaux étaient à côté, je n’avais plus qu’à les charger, cadeau. Et en partant, ces gentilles personne ajoutent “il me semble qu’on a plein de vieilles affiches, quelques verres et objets au grenier, comme on est justement en plein tri de la maison, il se pourrait fort bien que je tombe dessus très prochainement”. J’ai donc hâte d’avoir de leurs nouvelles.
Les 2 cadres en bois ont un peu mal vieilli, tandis que les publicités sont plutôt bien conservées. Un bon coup de lavage et elles seront bonnes à être exposées

Vendredi

A mon tour de vider la cave et dans ma commune, il y a un groupe sur Facebook qui marche très bien et qui consiste à donner/echanger les objets dont on ne se sert plus. Du coup, je mets tout un tas de bazar sur le groupe et une personne qui m’a déjà donné des verres m’en propose un contre un de mes objets. J’accepte bien sûr. J’ai donc reçu un verre Pelforth Pale. Difficile de donner une date de sortie de ce verre, il date d’entre 1963 et 1991, année ou la Pelforth Pale est renommée Pelforth blonde.

Samedi matin

Toujours en train de vider la cave, j’en profite pour aller faire un tout à la déchèterie afin de me débarrasser d’encombrants. Je m’affaire à vider mon coffre quand j’entend à côté de moi un grand fracas de verre. Je me retourne, attiré par le bruit et voit des vieilles tasses, des vieilles assiettes, et une petite choppe. Je sais qu’on n’a pas le droit de récupéré quelque chose dans une benne, mais cette petite choppe était vraiment à portée de main. En me penchant, j’en vois 3 autres que je récupère également. Les gens qui ont jeté ça s’approchent de moi avec un autre carton et me demandent ce que je cherche. Je leur répond que je cherche des verres à bière, malheureusement, ils n’en ont pas. Du coup, petite pioche.
Ce sont des petites choppes à schnaps Schinken Häger que l’on sert accompagné d’une grande bière allemande. Ce qui est intéressant, c’est qu’ils sont marqués au nom d’un évènement, le 15ème anniversaire de la kermesse de la bière de Maubeuge. Cette marque d’alcool sortie apparemment régulièrement ce genre de petit verre au nom de différents évènements.
Je ne collectionne pas vraiment ça, mais peut-être que ça pourra intéressé un collectionneur de verres du Nord.

Samedi après-midi

Fini de vider la cave, on profite du beau temps pour aller se promener avec ma femme et mon fils et on décide d’aller à une plaine de jeu dans une commune voisine, dont c’est également le jour de marché. Le petit joue un peu puis on décide d’aller se promener sur le marché.
Je découvre que ce village à pas mal changé depuis notre dernière visite et qu’un brocanteur à fait son apparition. Et bien sûr, je ne peux pas m’empêcher d’y entrer. Je tente de me frayer un chemin parmi le bric à brac pour arriver à l’étagère des verres mais ne voit rien qui m’intéresse. Le vieux brocanteur m’appelle du fond de sa boutique pour me dire qu’il en a d’autres ici, ici et là (en me montrant différents endroits de sa boutique). Je repère le verre Slurfke que je ne connais pas et trouve drôle. Puis il me demande si j’ai vu le verre qu’il a en vitrine. Je dis que non et il part me le chercher. Une Corne du Bois des Pendus. Je connais à peu près les prix, et je sais qu’un brocanteur doit faire sa petite marge, donc, je demande quand même le prix par politesse. Quand il m’a dit 15 euro, je n’ai pas hésité une seconde. J’ai terminé la visite de la boutique par la vitrine aux décapsuleurs. Le Corona me faisait de l’oeil, ça m’a permis d’arrondir mon billet.

Dimanche

Levé 6h30, mal dormi, pas le moral car c’est déjà le dernier jour de mes congés, je traine les pieds pour aller sur une brocante à 20km de chez moi. J’arrive un peu avant 8h, les vendeurs s’installaient seulement. je commence donc à déambuler dans les rues, allant de stand en stand. Je m’arrête longuement devant une très longue bâche recouverte de verres. je scrute, mais rien ne me saute aux yeux. Un petit papy tout voûté m’aborde et me demande ce que je cherche. Il pointe avec sa canne le muret que je n’avais pas vu et qui était lui aussi rempli de verre pour m’en montrer un qui, selon lui, est rare. Mais au lieu de regarder ce verre, je vois la Corne du Bois des Pendus juste à côté. Je lui demande le prix par curiosité, me disant que j’en avais eu une à bon prix la veille et que je n’aurais pas 2 fois de la chance, et il me répond 12, allez, elle part à 10. Premier achat de la journée, accompagné d’un décapsuleur BAF de la brasserie Bavery.
Un peu plus loin un vendeur pro exposait tout un tas d’objet neufs de la brasserie Martin’s (plaques, enseigne lumineuse, etiquettes,…). J’adore la Bourgogne des Flandres, brassée par Martin’s justement, donc, je m’arrête. Je demande le prix d’une enseigne, 25 euro. Ca va encore, pas trop cher, mais je n’ai pas envie de cramer mon budget à ça. Je me contente d’une plaque en relief, moins onéreuse.
Je continue et repère un verre Timmermans à 1 euro, je l’embarque.
Plus loin, un brocanteur de verres que je croise régulièrement vend des cartes de bistro. Mes amis, quand je leur propose une bière, se fichent toujours de moi car je leur cite tout ce que j’ai sans qu’ils ne sachent faire leur choix. Du coup, je vais m’amuser à faire une vraie carte que je leur présenterai.
Et pour finir, last but not least, j’entre dans une très belle ancienne étable remplie d’objets dont de très nombreux objets religieux. J’ai l’impression qu’il s’agit d’une sorte de communauté religieuse et qui vend donc des objets pour la communauté à très bas prix. Tout au fond, il y avait une grande étagère remplie de verres. Je repère d’abord le verre Omer. Puis caché sur un plateau, 4 galopins Westvleteren 12. Je sais que les galopins sont recherchés, et Westvleteren étant une bière difficile à obtenir, les verres le sont également.
Je me tourne donc vers un des vendeur du stand avec mon petit verre en main et lui demande le prix. Je n’en reviens pas quand il me dit “oh, il est tout petit, 50ct”. Ok, il y a donc 4 tout petits et le verre Omer, j’ai embarqué le tout pour 3 euro.
J’ai fini ma brocante en discutant 5 minutes avec une personne qui vendait plein de verres Orval, des verts, des bleus, des galopins, des 3l, mais là, je n’ai même pas demandé les prix.

Voilà donc pour cette semaine, très remplie. La semaine prochaine, je me contente d’une toute petite brocante de village en France, pas sûr que j’y trouve grand chose, mais sait-on jamais.

Maxime

Maxime

Amateur de bière débutant et collectionneur de verres à bière débutant également, j'ai envie de partager avec vous ma collection et mes petites connaissances tégestophiles.
Partage sur Facebook
Partage sur Twitter
Partage sur Linkdin
Partage sur Pinterest

Laisser un commentaire

Fermer le menu